Dreamlost

France

On The Pathway Of A Dream (2002)
Outer Reality (2006)
Psychomedia (2009)

Avec un nom de groupe comme Dreamlost, vous comprendrez qu'on ne s'attend pas à des paroles joyeuses. Ce premier album aborde, entre autres, la peine causée par une maladie psychologique, la déréalisation. Au niveau du style de la musique et de la voix du chanteur, une comparaison assez proche pourrait être faite à mon avis avec l'album "One In A Million" du groupe Poverty's No Crime. On parle donc de métal progressif axé sur la mélodie ou de métal mélodique avec une touche progressive ce qui revient pas mal au même. De plus, Arnaud, le chanteur de Dreamlost, a une voix pas si différente de Volker Walsemann. À noter qu'Alexandra, la claviériste de Dreamlost, participe au chant sur la chanson "Styx". La piste de l'album qui est l'exception à la règle concernant le style de musique est l'instrumental "Beauty Never Dies" qui est très progressive. Cet instrumental est aussi présent sur leur démo "On The Pathway Of A Dream" paru en 2002.

Il y a certainement des choses de très bonne qualité dans cet album, comme les paroles, les mélodies, les prouesses de l'instrumental "Beauty Never Dies", ... mais malheureusement la production n'est pas à la hauteur des éléments décrits précédemment. Elle n'est peut-être pas si mauvaise, mais dans l'ensemble ça m'amène à qualifier cet album de bon alors que je l'aurais qualifié de très bon avec une meilleure production. Le CD contient une piste en bonus (voir la liste déroulante ci-dessus). Dans le même ordre d'idée, la lecture du texte qui suit est facultative et son contenu peut être considéré comme un bonus à cette chronique!

Dans le livret de ce CD de Dreamlost, j'ai vu 3 mots qui reviennent assez souvent dans les paroles de chansons en général: "pain" (peine, souffrance, douleur), "fate" (destin) et "faith" (foi). Ce qui est particulier, pour parler plus en détails de ces 3 mots, c'est qu'en plus de citer des paroles d'un album d'un autre groupe, je ferai aussi certains liens avec un film. Ce film c'est "Dragonfly" avec Kevin Costner paru en 2002. En France, le titre du film a été traduit par "Apparitions" et au Québec par "Libellule". Je ne dévoilerai pas la fin du film avec précision mais je vais écrire la dernière phrase que l'acteur Kevin Costner dit à la fin. Alors si vous n'avez pas vu le film, vous voudrez peut-être le regarder avant de continuer à lire ce qui suit.

À propos du mot "pain", dans les suppléments du DVD du film "Dragonfly", voici ce que l'écrivain David Seltzer dit à 1:06 du documentaire "Spotlight on location" (Les coulisses du tournage): "Tous les êtres humains se rapprochent à travers leurs souffrances. Il est plus difficile de communier dans la joie, car le bonheur est surtout individuel, passager et éphémère. Et il est beaucoup plus facile de communier lorsque nous comprenons la douleur d'autrui."

À propos du mot "fate", voici ce que dit David Seltzer à 3:04 de ce même documentaire: "J'ai essayé de placer suffisamment d'indices dans le monde réel pour arriver à une sorte de masse critique de coïncidences."

À propos du mot "faith", qui peut selon moi se définir en un seul mot, c'est-à-dire "croire", voici la dernière phrase que l'acteur Kevin Costner dit à la fin du film: "It's belief that gets us there." Le doublage en France qui a été fait de cette phrase est: "C'est la force de notre esprit qui nous permet de réaliser l'impossible." Je sais que la plupart du temps c'est mieux de ne pas traduire mot à mot de l'anglais au français mais là je trouve que le doublage en France pour cette phrase est plutôt raté. C'est comme si on manquait le message qui est la conclusion du film. Le doublage fait au Québec pour cette phrase est beaucoup mieux à mon avis: "C'est la foi qui nous guide." Je pense que ça peut être de l'information utile pour les gens qui visionnent la version doublée en France. Voici maintenant une phrase contenue dans les paroles de la dernière chanson de l'album "The Fullness Of Time" du groupe Redemption où le personnage plutôt désespéré et brisé, retrouve tous ses morceaux à la fin: "Now I know, I've got to believe."
Concentrons-nous maintenant sur un excellent album de Dreamlost! C'est-à-dire "Psychomedia"! Oubliez la production de pas très bonne qualité de l'album précédent car c'est maintenant réglé! Les textes abordent la souffrance vécue par des gens en relation avec la réalité de notre société et de ses travers. La chanson-titre de l'album parle des médias qui relatent ces faits. Comparativement à l'album précédent, je dirais que "Psychomedia" est un peu plus progressif dans l'ensemble, que la qualité des mélodies est supérieure et que le travail au niveau du clavier passe de très bon à sublime! De plus, des effets sonores et des enregistrements ajoutent maintenant de l'ambiance. Bravo au groupe Dreamlost pour l'ensemble de l'œuvre!

Accueil